hello@parakou-bibou.com
jeudi 5 décembre 2019
vendeuse de remèdes médecine traditionnelle
Nombreuses sont les raisons pour lesquelles les patients choisissent la médecine traditionnelle
SantéSociété

La médecine traditionnelle : quelle place

429views

Pendant des millénaires, des maladies ont été soignées grâce à des remèdes à base de plantes ou de matière animale et transmis de génération en génération. Une médecine traditionnelle qu’on peut considérer comme la somme totale des connaissances, compétences et pratiques qui reposent sur des théories, croyances et expériences propres à une culture. Ayant aussi un caractère préventif, elle sert à diagnostiquer, traiter et guérir des maladies physiques et mentales. Certains la qualifieraient de charlatanisme, mais pour d’autres, il s’agit tout simplement d’une solution naturelle pour traiter plusieurs maux. Qu’en est-il réellement ?

Médecine traditionnelle : les avantages

Nombreuses sont les raisons pour lesquelles les patients choisissent la médecine traditionnelle. L’intérêt majeur pour celle-ci tire sa source en partie de la cherté des soins classiques. Beaucoup de gens la considèrent comme une solution adéquate, car pendant des siècles elle a prouvé son efficacité dans le traitement de plusieurs maladies (paludisme, etc.).

Souvent faits à base de plantes et d’autres éléments, ils lui trouvent un caractère naturel donc plus sûr que les médicaments pharmaceutiques. Avec elle, pas de risque d’effets secondaires d’après leurs témoignages et le coût du traitement serait moins coûteux. La médecine traditionnelle réussit aussi à apporter parfois des solutions dans des cas où la médecine moderne aurait échoué (maladies déclarées incurables par exemple…).

Quels inconvénients ?

Malgré que certains remèdes appartenant à la médecine traditionnelle soient maintenant reconnus pour leur efficacité, certaines personnes considèrent encore qu’elle n’est pas susceptible de pouvoir guérir réellement une maladie. En général on utilise les plantes, mais sans les bons dosages. En effet, ceux qui les prescrivent n’ont pas fait la médecine et n’ont pas étudié le corps humain. De ce fait, ils ignorent totalement quelle sera la réaction du corps face aux dosages.

Par ailleurs, selon certaines études, l’eau ou le vin de palme qui sont utilisés comme dissolvant dans cette médecine sont quelquefois impropres à la consommation humaine. Aussi la conservation des produits liquides ne se fait pas dans les meilleures conditions, à des endroits appropriés et à la température adéquate. Quant à la posologie, elle est imprécise, mal estimée et présente beaucoup de risques, car déterminée et imposée au patient par le tradipraticien sans dosage exact.

Ajoutons pour finir que la durée de la cure n’est définie, le plus souvent, que de manières imprécises et empiriques. La technologie médico-pharmaceutique reste fort rudimentaire. Les études révèlent également que les conditions de travail des tradipraticiens ne leur permettent pas de respecter les règles d’hygiène.

Alors ?

Les pratiques de la médecine traditionnelle varient grandement d’un pays à l’autre et d’une région à l’autre. Elles sont influencées par des facteurs comme la culture, l’histoire, les attitudes et la philosophie personnelles. Dans bien des cas, leurs théories et applications sont très différentes de celles de la médecine conventionnelle. Le recours aux pratiques préconisées par cette médecine et l’expérience transmise de génération en génération sont preuve de l’innocuité et de l’efficacité de celle-ci. Cependant, il est nécessaire de procéder à des recherches scientifiques pour étayer ces constatations. La recherche et l’évaluation à ces fins doivent se faire dans le respect des connaissances et de l’expérience acquises au travers de pratiques établies de longue date.

Bien que la médecine traditionnelle existe depuis des temps immémoriaux et qu’au cours des dix dernières années sa popularité n’a fait qu’augmenter, la plupart des pays ne la reconnaissent pas officiellement. C’est pourquoi la formation et la recherche dans ce domaine n’ont pas reçu l’attention et le soutien qu’elles méritent. Les données sur son efficacité sont trop insuffisantes sur le plan tant quantitatif que qualitatif pour préconiser son adoption partout dans le monde.

Il conviendrait que les États puissent mettre en place une politique pour valoriser ces pratiques au profit de la science et de la médecine en général. D’autant plus que la médecine traditionnelle et la médecine moderne ont beaucoup à apprendre l’une de l’autre malgré leurs différences. Ainsi, la médecine traditionnelle peut beaucoup apporter à la santé mondiale, dans la mesure où le besoin de nouveaux médicaments n’a jamais été aussi urgent. Si les pays développés et les pays en développement unissent leurs capacités de recherche à travers des collaborations équitables, de nouvelles techniques scientifiques pourraient déclencher une reprise de la recherche et du développement en santé dans le monde.

 

Et vous, quel est votre avis sur la question ?

Laisser une réponse