hello@parakou-bibou.com
samedi 19 septembre 2020
DécouvertesLifestyleSociété

LE MARATHON SALÉSIEN DE PARAKOU EDITION 2020

696views

 

Comme tous les ans, la ville de Parakou a une fois de plus vibré au rythme des courses d’athlètes émérites qui, le samedi 8 février durant la 13e édition du Marathon Salésien ont honoré la cité des Kobourou par leur présence. Plus de 846 coureurs venus des 4 coins du monde ont participé à cette édition du marathon qui a été riche en prouesses et en rencontres exceptionnelles.
Plus d’une décennie après son initiation, le Marathon Salésien demeure l’un des plus grands rendez-vous athlétiques de l’année dans le septentrion. Cette année, le thème était « l’amour murmure toujours même quand les amoureux n’ont rien de concret à se dire ». Votre média Parakou-Bibou vous invite à revivre les moments forts de cet événement.

Une soirée donnée en l’honneur des participants

Généralement marquée par l’arrivée des participants, leurs installations et leurs restaurations, la soirée Pasta a eu lieu dans l’enceinte de la paroisse Saint-François de sales. Avant de passer aux festivités, le comité d’organisation a présenté les différentes catégories en lice (5 km, 10 km, 21 km, 42 km) ainsi que le nombre de participants dans chacune d’elles. Donnée en l’honneur des participants étrangers, cette soirée a eu pour but de les familiariser avec la culture béninoise à travers un spectacle folklorique. C’est ce que nous confie le père Don Diegue GUEDOU, chargé de communication du marathon. Le concert a été animé par l’orchestre des jeunes de l’université de Parakou du nom de GANBAHI qui nous ont fait danser sur des rythmes typiquement locaux comme :

• le Tipinti de l’Atacora


• le Zinli d’Abomey


• le Agbadja du Mono

• le Kaka de Porto- Novo

Cette soirée s’est soldée par un dîner où les invités se sont régalés avec en toile de fond les sonorités dudit orchestre.

Pays participants

Au fil des ans, ce marathon a acquis une certaine notoriété et accueille toujours plus d’athlètes de divers horizons en plus de ceux locaux. Ainsi, le temps d’un week-end, Parakou devient la plaque tournante de coureurs aussi bien amateurs que professionnels. Mais, également de passionnés de bien être venus soutenir la cause et bruler quelques calories. Nous y retrouvons en plus des coureurs nationaux, des ressortissants de pays comme :
• le Congo
• le Kenya
• l’Afrique du Sud
• le Burkina Faso
• le Ghana
• la France
• la Belgique
• le Nigéria
• les États-Unis
• le Canada
• l’Allemagne
• et l’Italie.
Notons également la participation d’une délégation de coureurs souffrant de déficience auditive venue spécialement de Cotonou.

Démarrage de la compétition


Tôt le matin, les coureurs en lice pour la catégorie des 42,195 km ont rejoint leur point de départ à Badé-kparou dans la commune de Tchaourou pour le début du Marathon prévu pour 6 h. Les coureurs ayant choisi la catégorie des 21 et 10 km ont pris départ à la paroisse Saint François de Salle à 8 h 30. Pour la plus petite catégorie (5km), le top a été lancé en face du Centre Hospitalier Universitaire Départemental (CHUD).

Après une longue course, c’est finalement Stephen V. GBEYONVI qui a été le 1er à franchir la ligne d’arriver à Baka avec un chrono de 2 h 36 min pour la catégorie homme. Devançant et détrônant par la même occasion le champion en titre Rock AHOUANTCHEDE vainqueur de l’édition précédente. Du côté des dames, c’est Bentille DJERIKOU qui s’impose encore une fois cette année avec un temps de2 h 55 min.

 

Dans les autres catégories notamment les 21 km, 10 km et 5 km, les vainqueurs sont respectivement : Yani KATO, Sylvain AZONHIN et ASSOGBA Modeste.
L’apothéose de la course fut la cérémonie de remise des trophées qui s’est tenue à Baka. S’en sont suivi les mots du Père David AHOSSINOU, Président du comité d’organisation qui n’a d’ailleurs pas manqué de remercier les participants et a annoncé la construction d’un complexe sportif sur ce terrain de plus de 5 hectares.

Retenons que le prochain marathon salésien aura lieu le deuxième samedi du mois de février 2021, cette fois-ci sous le thème « la nature est belle ».

U kua n sosi pour un nouvel article sur votre média Parakou-Bibou.

Laisser une réponse