hello@parakou-bibou.com
samedi 19 septembre 2020
Non classéSantéTendances

LE CORONAVIRUS : une pandémie qui fait à nouveau souffler le vent de l’extinction

446views

Durant ces dernières décennies, bien que cela puisse paraître intrigant, trois types de coronavirus ont entraîné de dangereuses épidémies pour l’homme. Les deux premières formes sont apparues en 2002 et en 2012 respectivement en Chine et en Arabie saoudite. La dernière en date est celle que le monde tente tant bien que mal d’éradiquer : le COVID-19. Sa particularité réside au sein de son mode de propagation qui inquiète grandement les experts en santé publique. En effet, le virus se propage à travers les gestes les plus basiques du quotidien tel que serrer des mains, tenir des poignés de portes… En bref, les ravages de cet agent infectieux sont dignes d’un film de science-fiction. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau Coronavirus.

Généralités et origines du COVID-19

Le terme coronavirus désigne une famille de virus susceptibles d’être à l’origine d’un grand nombre de maladies respiratoires pour la plupart bénignes pour l’homme et l’animal. En cas de contagion chez l’Homme, ces dysfonctionnements respiratoires vont d’un simple rhume à une infection pulmonaire sévère. L’aboutissement de cette dernière pourrait être une détresse respiratoire aiguë voir la mort.

Selon un bulletin de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le point de départ de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) serait le marché de Wuhan dans la province de Hubei en chine. Les hypothèses autour de l’origine du Covid-19 sont nombreuses et trois principaux animaux seraient potentiellement mis en cause. Il s’agit de la chauve-souris, de la civette palmiste et du pangolin.

Toutefois, les chercheurs affirment que la principale raison pour laquelle le nouveau coronavirus se propage si vite est qu’il s’agit d’un virus zoonotique. En clair, il se transmet de l’animal à l’homme suivant un principe simple. Une espèce animale (réservoir) peut héberger le virus sans en être malade puis le transmettra à un hôte intermédiaire qui se chargera enfin de le véhiculer à l’homme. Cette dernière phase du cycle se fait via des sécrétions suivant des conditions particulières non encore identifiées.

Le principe fut le même pour les précédentes versions du coronavirus : le SARS-COV (syndrome respiratoire aigu sévère), la toute première forme de coronavirus et le Mers-COV (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) la version suivante. La première a été découverte entre novembre 2002 et juillet 2003 en Chine et la seconde en 2012 en Arabie saoudite.

Symptômes et modes de transmission

En cas d’infection, la plupart des porteurs du virus présentent des symptômes similaires à ceux de la grippe (la fièvre, toux, fatigue) et des symptômes respiratoires. Ils sont également essoufflés, présentent des douleurs musculaires, etc. Dans les cas les plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie et un problème respiratoire aigu. Face à cette menace sans cesse croissante, les personnes du troisième âge et les personnes atteintes de certaines maladies (insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, diabète…) sont parmi les plus vulnérables. Les femmes enceintes et les nourrissons sont également fortement susceptibles de subir les ravages du COVID-19. Il peut se passer entre 2 à 14 jours avant l’apparition des premiers symptômes.

Certes, il existe des symptômes réels d’une infection au coronavirus, mais ce que vous devez savoir c’est que certains sujets n’en présentent aucun. Il s’agit des porteurs sains. Dans 80 % des cas, les personnes infectées par le COVID-19 sont des porteurs sains. C’est-à-dire qu’ils ne présentent aucun signe clinique de la maladie, mais en sont tout de même touchés. Ces dernières n’ont aucune manifestation du virus soit parce que l’agent infectieux est peu virulent, soit parce que leurs défenses immunitaires sont très efficaces. Par ailleurs, un porteur sain reste contagieux et peut transmettre la maladie. Dans le cas de cette version du coronavirus, les porteurs sains sont essentiellement les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

Comme évoqué plus haut, la principale manifestation du COVID-19 chez la personne infectée est similaire à celle de la grippe. Le virus peut ainsi se transmettre de plusieurs façons. Le chemin le plus court est d’un humain à un autre. Le virus est certes considéré comme un virus lourd ne pouvant pas planer dans l’air, mais il est capable de voguer d’un ôte à un autre par voie aérienne à moins d’un mètre de distance. Comment ? Tout simplement à partir des gouttelettes de salive et de postillons projetés dans l’air après avoir toussé ou éternué. Cependant, d’après une étude de l’institut national américain de recherche sur les allergies et maladies infectieuses (NIAID), le virus peut survivre dans l’air jusqu’à 3 heures après avoir été projeté. Il peut également se contracter après un contact physique entre une personne infectée et une personne saine. Il suffit que cette dernière se touche une des zones telles que la bouche, les yeux et le nez et la transmission est complète.

Dernier mode de transmission : d’un objet à l’homme. En effet, lorsque vous entrez en contact avec des surfaces fraîchement contaminées par le virus, vous pouvez également être contaminé. Il s’agit entre autres des poignés de portes, des tables, des murs, etc. Toujours selon l’étude américaine, le virus peut survivre 4 heures sur du cuivre, 24 heures sur du carton et jusqu’à 3 jours sur de l’acier inoxydable ou du plastique.

Mesures préventives et moyens actuels de traitement

Face au coronavirus, l’OMS recommande d’adopter un ensemble de mesures strictes pour préserver votre santé et celle de votre entourage.

Les gestes barrières

  • Se laver régulièrement les mains (avec une solution hydro alcoolique ou du savon).
  • Tousser, éternuer dans son coude ou se couvrir la bouche et le nez au moment de le faire.
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et jetable.
  • Saluer sans se serrer la main.
  • Éviter les accolades.
  • Éviter les rassemblements.
  • Limiter les déplacements et les contacts étroits avec des personnes à risque (notamment venant de l’étranger).
  • Respecter les mesures d’auto confinement lorsqu’on revient de voyage.
  • S’assurer de la cuisson complète de la viande et des œufs.
  • Porter un masque de protection renouvelable après 4 heures d’utilisation.

 

 

Les mesures de confinement

En cas de soupçon d’infection ou de contagion, dès l’apparition des premiers signes de la maladie (toux, fièvre, grippe…) vous devez absolument :

  • rester chez vous et limitez vos contacts avec d’autres personnes
  • nettoyer les surfaces inertes susceptibles de contenir des germes au gel hydro alcoolique ou au détergent désinfectant comme ceux des hôpitaux
  • éviter de vous rendre directement dans un hôpital
  • appeler au préalable un médecin ou contacter le numéro vert fourni par les autorités sanitaires locales.

Par ailleurs, il n’existe pour l’instant aucun vaccin ou traitement spécifique contre le COVID -19. Diverses solutions sont envisagées par les virologues pour trouver un remède à partir de la combinaison de différents médicaments existant déjà. D’ailleurs, des essais cliniques sont déjà en cours dans la plupart des pays touchés. Pour le moment, les services hospitaliers sont impuissants face à cette situation. Mais, ils peuvent tout de même administrer un traitement qui vise à soulager les symptômes en s’appuyant sur l’état clinique du patient.

Quelques chiffres sur le coronavirus

Au 23 mars 2020, le monde a enregistré plus de 360 697 cas d’infection au coronavirus COVID-19 et plus de 15 308 décès. Les 7 pays les plus touchés sont : La Chine, l’Italie, les États-Unis, l’Espagne, l’Allemagne, l’Iran, la France.

Source : Statista.com
Source : Statista.com

Attention aux fakes news

Avec la crise du COVID-19 et la forte agitation autour, les fausses informations fusent sur les réseaux sociaux. Ne cédez surtout pas au vent de panique, et ce même s’il se généralise. Abstenez-vous de relayer les informations douteuses lues sur les réseaux sociaux à propos de remèdes ou de probables nouveaux cas non officiellement confirmés. Prenez avec pincettes toutes les informations que vous recevez provenant des divers réseaux sociaux (Facebook, whatsapp, etc.). Privilégier les informations publiées dans les médias sérieux, dans les bulletins de l’OMS et dans les allocutions des autorités publiques. Ne partagez que si vous avez vérifié l’information. Maîtrisez vos émotions, car le but de ces fausses informations est d’accroître le sentiment de panique préexistant.

 

Nous espérons vous avoir un tant soit peu éclairé sur cet agent infectieux qui fait frémir plus de 7 milliards d’êtres humains.

PRENEZ SOIN DE VOUS ET RESPECTEZ SCRUPULEUSEMENT LES MESURES PRÉVENTIVES ; VOTRE VIE EN DÉPEND.

 

1 Commentaire

Laisser une réponse