hello@parakou-bibou.com
jeudi 5 décembre 2019
Royaumes du nord Bénin
CultureDécouvertes

Culture nord Bénin : l’histoire de quelques royaumes

5.31Kviews

Curieux de connaître les origines, les sentiers desquels sont nés les royaumes qui ont laissé place à de belles villes, férus de culture, bienvenus dans cette rubrique qui vous est dédiée. Connue comme la capitale du côté nord du pays, la ville de Parakou est un véritable centre d’intérêt aussi bien pour ses habitants que pour de nombreux touristes. Remontons alors plus haut dans son histoire, où elle n’était que royaume et découvrons également un autre géant royaume du nord, fierté de ses dignes fils.

Le géant royaume de Nikki

Nord Bénin : Le royaume de Nikki
Le royaume de Nikki

L’histoire autour du royaume de Nikki se déroule en deux parties :

  • celle avant l’arrivée des Wassangari
  • celle débutant après l’arrivée de ceux-ci dans le royaume.

Ainsi, avant la venue des Wassangari, le royaume de Nikki n’existait pas encore. La région du nord bénin était composée des ethnies telles que : le Gourmantché, le Pila-pila, le Tienga, les chasseurs Yoruba, le Natimba, etc. Les Wassangari étaient, par contre, originaires de Perce antique (dont l’ancêtre fut Kissira, kisra ou kissia). Ayant fuis la Perce lors de l’avènement de l’islam, ils habitaient Busa, un pays Boko au Nigéria avant de décider de migrer de l’Est vers l’Ouest, à Ouénou (nord bénin). C’est de cette migration que sont apparus les Boko aux alentours des frontières Bénin-Nigéria.

Au XVème siècle, en plus des autres ethnies et peuples vivant à Ouénou, les Baatoumbou étaient un peuple hiérarchisé avec un roi au sommet. Il était réparti en fonction des différents cultes et activités. Soulignons qu’à chaque activité était assigné un chef : chef des chasseurs, des forgerons, de cultes, etc. Il y avait une relation pacifique et complémentaire entre tous les différents chefs sur le territoire des Baatoumbou, appelé Baarou tem.

C’est dans cette même période, précisément en 1480, que les Wassangari arrivaient à Ouénou, accompagnés de Mansa Dora, fidèle compagnon de l’ancêtre Kissira et du fils à ce dernier nommé Sero. On comptait aussi parmi le groupe de Wassangari venu sur les terres des Baatoumbou, le cousin de Sero : Gawé Yérima puis du frère à Mansa : Bio Niki Sira. Ils s’installaient alors dans un village non loin de Nikki-Ouénou, mais se rapprochaient facilement de celle-ci à cause de la chasse. Cependant, Mansa sentit le besoin de prendre des nouvelles de Kissira. Il décida alors de nommer un chef en son absence pour ses proches vu que le roi, le Ouénou-Sounon, n’eut pas l’envie de veiller sur la communauté des Wassangari. Séro fut alors choisi comme chef de la communauté puis se maria à trois femmes du royaume, des Baatoumbou, avec qui il eut plusieurs enfants. Son cadet, Simé sera par la suite le père fondateur de la communauté des Wassangari de Nikki qui sera bientôt, la capitale du royaume.

L’idée du nom « Nikki » lui est venue au cours d’une partie de chasse où il découvrit un espace plutôt humide en le décrivait en ces termes : « ya niké-nikérou san ». C’est de cette dernière que dériva le substantif Nikki. Ils aménageaient alors le nouvel espace, mais son père, Sero ne voulut pas quitter Ouénou pour le nouveau lieu. Sero y resta alors en compagnie de ses sœurs pour le restant de leurs vies. L’action de quitter Ouénou pour Nikki sera plus tard représentée par le pèlerinage effectué par tout Sina Boko (chefferie suprême) avant son intronisation à Nikki (trône des Wassangari).

La cohabitation et l’acceptation entre Baatoumbou et Wassangari se sont faites au fil du temps au point où le titre de Sounon Boko, désignant le père fondateur de Nikki comme chef des Boko passera à Sina Boko. Les Wassangari et les Baatoumbou sont alors des cousins, l’un du rang princier et l’autre de la chefferie. Le royaume de Nikki a évolué, a gagné au fil du temps des territoires avec 28 souverains qui ont pris par le trône. Ces derniers ont lutté contre les Gourmantchés puis contre les Dendi en 1553 sous le roi Dendi Bagiri.

Nikki reste de nos jours un des lieux touristiques les plus visités du nord bénin pour son palais et la traditionnelle fête de Gaani.

Le royaume de Parakou

Nord Bénin : Le royaume de Parakou
Le royaume de Parakou

Cela peut paraître étonnant, mais oui Parakou la belle fut un royaume avant de se transformer en cette magnifique cité. Cependant, même si son trône n’est pas reconnu comme typiquement Wassangari, la structure du royaume de Parakou (KƆRƆKU TEM) est pareille à celle des autres royaumes du nord. On distingue deux palais dans la ville :

  • le palais des Akpaki, trône du chef politique et administratif
  • le palais des Gbeeguruu Sunɔ ou Sina Wobagi, du trône des chefs de terre.

Ces palais sont respectivement situés à Sinaguruu (quartier de la ville de Parakou) et à Gbeeguru, commune de N’dali. On compte aussi au sein du royaume de Parakou un chef de terre exécutif qui porte le titre de Kpebie Sunɔ, dont le royaume est situé à Kpébié (quartier de la ville de Parakou).

Le premier roi du royaume de Parakou était le fils adoptif de Sina Boko de Nikki ; raison pour laquelle le trône de Parakou n’était pas totalement accepté comme étant un trône Wassangari. Cependant, cela n’était en rien une contrainte, car il reçut une éducation princière et portait le titre de Gɔɔbiru, signifiant noblesse, marque des Wassangari. Cette marque octroie un autre titre : « Kpaasɔɔ » ; le Gɔɔbi était alors le premier parmi les princes à l’avoir ainsi que certains autres attributs particuliers. Il vient s’installer à Sinanguruu suite à son départ de la Nikki puis fut investi en ce milieu Bariba au titre d’Akpari Koburu. Plus tard, il est compté comme faisant partie de la branche dynastique Makararu, issu des Sinaboko. D’où ce titre princier Kpaasɔɔ dans la dynastie.

Le royaume de Parakou s’étendra en accueillant des commerçants venus de divers horizons dont les Haussa, les Dendi, les Yoruba, etc. Ce qui sera favorable au développement de son économie. C’est de ce royaume, composé de différents palais dont le noyau est Sinaguruu, de Kpébie, de Gbeeguru et du quartier des commerçants (actuel marché Arzèkè), qu’est née la belle ville de Parakou.

De nos jours, on y retrouve presque tous les peuples vivant au Bénin, venant du Sud comme du haut Nord et même des étrangers.

 

 

 

Crédits photo :

Le royaume de Nikki : organisation sociale et principales activités

http://villedeparakou.blogspot.com/

2 Commentaires

Laisser une réponse