hello@parakou-bibou.com
lundi 29 novembre 2021
SociétéTendances

L’Harmattan, la période de l’année où tous les extrêmes cohabitent !

655views

Une petite leçon de classe au primaire nous apprend que le nord du Bénin se caractérise par un climat tropical avec une saison pluvieuse et une saison sèche. Durant cette seconde saison qui s’étend généralement d’octobre à mars, l’Harmattan, un vent à la fois sec (chargé de poussière) et humide se fait ressentir. Bien que ces extrêmes puissent effrayer certains de mener une escapade dans la partie septentrionale du Bénin en cette période de l’année, sachez qu’il n’en est rien. Il vous suffit de connaître les bonnes pratiques et d’avoir les bonnes informations.

Comment se manifeste cette période de l’année ?

De façon générale, l’harmattan sévit du mois de d’octobre au mois de mars dans le nord Bénin. Ce moment correspond au début de la saison sèche où les fluctuations de températures sont récurrentes. Elles peuvent avoisiner 30 ° à 40 ° et un soleil ardent durant la journée et chuter drastiquement les matins et les soirs (respectivement avant et après le coucher du soleil).

En plus de cela, d’autres forces de la nature rejoignent la danse : un brouillard très épais durant certaines matinées et un vent chargé de poussière (laissant penser à une vie en milieu désertique).

Quels en sont les effets ?

Le vent qui souffle en période d’Harmattan transporte une importante quantité de sables et par ricochet de particules de poussières (rendant l’air parfois irrespirable) favorisant des épisodes de grippe tout au long de la saison.

Plusieurs agents pathogènes et autres virus trouvent également en cette période de l’année un moyen de propagation parfait. D’où l’importance de protéger davantage à la fois les aliments et les équipements de toutes sortes (car la poussière et l’humidité en viendront très vite à bout).

Il faut ensuite noter que les variations de température ont un effet très pesant sur l’organisme aboutissant à des épisodes de fatigue affaiblissant l’immunité et ayant un impact sur votre humeur. Quant à l’épiderme, il se dessèche considérablement et prend généralement une apparence blanchâtre.

Le vent sec de l’Harmattan attaque également :

  • les cheveux
  • les lèvres, les mains et les pieds provoquant des gerçures
  • et le visage.
Crédit Photo : Parakou Bibou

Ces parties du corps sont celles dont il vous faudra particulièrement prendre soin en instaurant une routine efficace.

Vous l’auriez compris, l’harmattan est susceptible de mettre à mal votre état de santé aussi bien physique que psychologique. Il convient donc de bien s’outiller afin de traverser sans encombre cette période de l’année.

La solution pour traverser l’harmattan : prendre soin de son corps et avoir une bonne protection face aux éléments

Présentée de manière aussi rude, l’envie de se retrouver dans une ville où l’Harmattan sévit comme en ce moment à Parakou peut être grisant.

Cependant, grâce à quelques bonnes pratiques que nous présenterons, il vous sera possible de mener une vie tout aussi normale que durant les autres périodes de l’année. Le tout est de se protéger et d’être à l’écoute de son corps.

Prêter une attention particulière au visage et aux cheveux

Il est fréquent d’avoir les cheveux secs et cassants en période d’Harmattan. Nous vous recommandons donc des soins hydratants (à base de beurre de karité ou autres produits adaptés) pour garder les cheveux en bonne santé ainsi qu’une coiffure vous permettant de limiter les risques de cassures. L’état de votre chevelure agira comme une enveloppe protectrice face à la poussière, aux températures extrêmes et à toutes formes d’agression externe.

Le visage quant à lui peut difficilement être entièrement couvert. Il vous faudra donc très souvent le nettoyer afin d’éliminer les impuretés, car en période d’harmattan, elles peuvent très vite s’incruster à travers vos pores. Les éléments basiques pour un soin du visage sont par exemple une solution démaquillante bio, un masque gommant et une crème nourrissante à appliquer après le nettoyage.

Avoir une bonne hydratation et bien protéger les autres parties de son corps

Enfin, pour protéger votre peau, vos mains et vos lèvres, il faudra prendre le soin de bien vous hydrater. Une bonne hydratation aide à éliminer naturellement les toxines présentes dans l’organisme. L’Harmattan est relativement déshydratant, résultat vous aurez surement :

  • les lèvres gercées,
  • les mains et la peau sèches et très sensibles,
  • et les pieds fendillés.

L’astuce à ce niveau est de boire beaucoup d’eau (au minimum 1 L par jour), appliquer ensuite un baume mentholé (pour le côté rafraichissant) sur les lèvres.

Crédit Photo : Parakou Bibou

Pour la peau et les mains, l’astuce est d’utiliser du beurre naturel (de Karité ou de Cacao), de la vaseline ou de la glycérine. Le beurre aura pour effet de protéger la peau contre le vent sec et la protéger des craquelures qui sont assez fréquentes de par cette atmosphère. Il s’applique également sur la plante des pieds, surtout au niveau du talon de préférence après la douche.

Avoir à portée de mains ses meilleurs alliers

Crédit Photo : Parakou Bibou

Évidemment durant l’harmattan, vos premiers remparts sont vos vêtements. Il est donc de la plus haute importance d’avoir au minimum un pull-over. Car comme mentionnés plus haut, l’harmattan s’accompagne très souvent d’épisodes de grippes. Un pull-over en tant que première couche de protection vous empêchera d’être sujet aux coups de froid. Ensuite, un autre indispensable est le cache-nez. Démocratisé et rendu commun dans l’opinion collective en raison de la pandémie du coronavirus, il vous protègera contre les virus de l’harmattan et contre les particules de poussières présentes dans l’air.

Pour les plus vulnérables et les personnes qui en ont les moyens, vous pouvez également vous équiper :

  • d’un cache-col ou d’une écharpe afin de protéger votre cou contre le vent et le froid
  • de chaussettes et de gants afin de maintenir les extrémités de votre corps au chaud
  • d’un bonnet afin de protéger vos oreilles, car il s’agit d’une des parties de votre corps les plus vulnérables au froid.

Si les fortes températures ne vous impressionnent pas, c’est le moment de visiter la partie septentrional du pays. De nombreuses curiosités propres à cette période de l’année vous y attendent.

Laisser une réponse